Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le stockage au champ des effluents d’élevage

Le stockage au champ des effluents d’élevage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant de réaliser un dépôt de fumier au champ, à quoi dois-je faire attention ?

Les dépôts d’effluents d’élevage doivent être positionnés de manière à ne pas entrainer de pollution des ressources en eau.
Dans le département de la Vienne, le Règlement Sanitaire Départemental interdit les dépôts de fumier à moins de 35 mètres des points d’eau tels que les puits, forages, sources, berges de cours d’eau… D’autre part, le dépôt doit être conçu de manière à éviter tout écoulement, même accidentel, vers les points d’eau et les fossés des routes.

Si la zone sur laquelle vous prévoyez de faire le dépôt est située dans un périmètre de protection d’eau potable, vous devez également vous assurer qu’il n’y a pas d’interdiction liée à ce périmètre. Cette information est disponible en consultant l’arrêté préfectoral relatif au captage à la mairie concernée.
Les dépôts de fumier sont également interdits à moins de 50 mètres des habitations ou des établissements recevant du public, ainsi qu’à proximité des voies de communication.
Le tas ne doit pas être mis sur des zones où l’épandage est interdit ainsi que dans les zones inondables et les zones d’infiltration préférentielle.

Est-ce que tous les fumiers peuvent être stockés au champ ?

Si vous êtes en zone vulnérable au titre de la Directive nitrates, vous ne pouvez stocker au champ que :

  • les fumiers compacts non susceptibles d’écoulement (fumier d’herbivores, de lapins ou de porcins, avec paille ou sciure, ayant subi un stockage d’au moins deux mois sous les animaux ou sur une fumière et ne présentant pas de risque d’écoulement),
  • les fumiers de volailles non susceptibles d’écoulement,
  • les fientes de volailles à plus de 65 % de matière sèche.

Quelles sont les règles à respecter dans ce cas ?

Le dépôt de fumier doit être fait sur l’îlot cultural qui va recevoir l’effluent. Le volume stocké doit donc être adapté à la fertilisation de l’îlot. La durée maximum de stockage au champ est de 9 mois et le retour sur un même emplacement ne peut intervenir avant 3 ans. La date de dépôt du tas et la date de reprise pour épandage, ainsi que l’îlot cultural sur lequel le stockage est réalisé, doivent être indiqués dans votre cahier d’enregistrement.

Pour les fumiers autres que de volailles, si la durée du dépôt est supérieure à 10 jours, le tas doit être déposé soit sur une prairie, soit sur une culture implantée depuis plus de 2 mois, soit sur une CIPAN bien développée, soit sur un lit de paille (ou d’un matériau équivalent) d’environ 10 cm d’épaisseur.

Les tas de fumier de volailles doivent, eux, être couverts, et les tas de fientes de volailles recouverts par une bâche imperméable à l’eau mais perméable aux gaz (sauf pour des durées de stockage inférieures à 10 jours, correspondant au chantier d’épandage).

D’autre part, les tas de fumier ne doivent pas être présents au champ entre le 15 novembre et le 15 janvier (sauf dépôt sur prairie ou sur 10 cm de paille ou en cas de couverture du tas).

 

 

Carine PASSELANDE-CATALA
Chambre d'agriculture de la Vienne