Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Quand les éleveurs de chèvre viennois rencontrent les helvètes

Quand les éleveurs de chèvre viennois rencontrent les helvètes

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Après le succès du voyage aux Pays-Bas en 2017, 24 éleveurs caprins de la Vienne et des Deux-Sèvres se sont rendus en Suisse du 11 au 14 juin derniers grâce à l’ADEC (Association pour le Développement de l’Elevage Caprin, animée par Coline BOSSIS, conseillère à la Chambre d’agriculture).

Objectifs : échanger avec les chevriers suisses et découvrir leur filière.

La Suisse compte près de 7 000 éleveurs caprins et 87 000 chèvres. La filière caprine, bien qu’encore petite comparée à celle du lait de vache, se fait une place dans le paysage helvétique. Les fermes suisses sont souvent petites et familiales. Les chèvres sont surtout élevées en région de montagne, à l’extérieur. Même si certains éleveurs livrent leur lait à une laiterie, la majorité d’entre eux fabriquent leurs fromages.

La visite de 3 exploitations caprines aura permis aux éleveurs viennois et deux-sévriens de prendre connaissance des atouts et contraintes de leurs homologues suisses. Certes, un salarié suisse peut travailler jusqu’à  51 heures par semaine ; mais « cela coûte tellement cher à l’employeur que les structures restent plutôt familiales », atteste M. Gremaud, exploitant à Botterens. Les éleveurs français ont aussi constaté qu’en Suisse, la situation de certains éleveurs est la même que chez nous : le revenu de Lorenz K. correspond aux aides qu’il touche (pour 18ha en Bio, environ 36 500€/an). Lors de la dernière visite, le prix de la poudre de lait (4,4€/ kg) et des aliments (800€/t) fait bondir les éleveurs ! Ils comprennent mieux pourquoi le fromage frais de 100g qu’ils viennent d’acheter est vendu 3.10€ pièce, où encore pourquoi ils ont déboursé 10 francs suisse (soit environ 9,10€) pour leur saucisson de chèvre.

Ce voyage aura également permis aux participants de visiter un méthaniseur mis en place récemment sur un élevage de vaches laitières dans les Vosges. Avec 23 unités de méthanisation individuelles et collectives, ce département est l’un des plus en avance de France sur le sujet. Au retour, dernier arrêt chez Michel Lacharme. Le groupe a pris plaisir à échanger avec ce fromager fermier de Saône-et-Loire, à la recherche d’un repreneur. Finalement, même avec 500 km d’écart, les problématiques (comme par exemple le renouvellement des générations) sont sensiblement les mêmes, tout comme l’amour du métier !

 

Encore une fois, ce séjour (soutenu par la Chambre d’agriculture de la Vienne, les laiteries Terra Lacta, La Cloche d’Or, le Cerfrance, le Crédit Agricole, la Banque Populaire, Evialis, Arrivéee Bellané, Néolis et les transports Demellier) aura été une belle réussite. Il aura aussi permis aux éleveurs de la Vienne et des Deux-Sèvres d’échanger sur leurs pratiques d’élevage de façon conviviale et, qui sait, peut-être de faire naître des projets communs !

 

 

Pour plus d'information sur l'ADEC, suivez ce lien.

 

Contact :

Coline BOSSIS - Conseillère caprine

Courriel : coline.bossis@vienne.chambagri.fr

Tél : 05 49 44 75 01